Share Impression

Covid-19 : repérer et prendre en charge les symptômes prolongés chez l’enfant et l’adolescent

Communiqué de presse - Mis en ligne le 18 mars 2022
18 mars 2022

Dans le cadre de ses Réponses rapides sur les symptômes prolongés de la Covid-19 (dit Covid long), la Haute Autorité de santé (HAS) publie une fiche pour aider les professionnels de santé à repérer et prendre en charge ces symptômes chez l’enfant et l’adolescent. Elle insiste notamment sur l’importance d’un diagnostic et d’une prise en charge précoce des enfants.

La plupart des enfants infectés par le SARS-CoV-2 développent une forme bénigne de la maladie ou sont asymptomatiques. Néanmoins, et même si leur fréquence est moins importante que chez l’adulte, des symptômes prolongés de la Covid ont été décrits chez les adolescents et plus rarement chez les enfants (avec une fréquence qui varie : de 2 à 5 % dans les études avec un groupe contrôle, plus élevée dans les études sans groupe contrôle). Fatigue, maux de tête, troubles du sommeil, difficultés de concentration, douleurs articulaires diffuses, douleurs abdominales, intolérance à l’effort, vertiges, douleurs thoraciques, ou encore perte de poids et toux prolongée, ces signaux sont nombreux et souvent associés. Alors que leur impact n’est pas négligeable sur la vie quotidienne de l’enfant, notamment au plan scolaire, la Haute Autorité de santé publie des premières Réponses rapides ciblées sur les enfants et adolescents présentant des symptômes prolongés de la Covid-19 pour permettre un diagnostic précoce et une prise en charge globale et adaptée.

 

Repérer en éliminant les diagnostics différentiels

La HAS souligne qu’il est indispensable de repérer et diagnostiquer des symptômes prolongés de la Covid-19 en adoptant une démarche pragmatique comprenant une anamnèse détaillée permettant de retracer l’historique des symptômes et un examen clinique de l’enfant. Si la majorité des enfants voit leurs symptômes évoluer favorablement, souvent en moins de trois mois, d’autres ont besoin d’un temps de récupération plus long, et peuvent être sujets à des rechutes.

La HAS préconise de réaliser un bilan complémentaire dans un second temps, pour éliminer une complication rare liée à la Covid-19 (myocardite, péricardite, PIMS…) ou dépister une maladie intercurrente. Ce bilan peut être proposé si les symptômes n’ont pas disparu ou ne se sont pas améliorés en moins de 4 semaines, si leur retentissement sur la vie quotidienne est important ou en cas d’anomalie détectée lors de l’anamnèse et de l’examen clinique.

 

Rassurer à travers une prise en charge précoce, globale et pluridisciplinaire

La HAS recommande une approche globale, holistique, dans laquelle l’engagement du médecin traitant est primordial. Celle-ci s’articule autour de 5 axes :

  • Définir des objectifs propres à chaque patient selon ses capacités en s’intéressant aux différents domaines de sa vie quotidienne : scolaire, social, loisirs, pairs, sport, activité physique, vie familiale.
  • Réguler ses différentes activités en adaptant le rythme de l’activité et du repos, en ayant recours si possible à la rééducation à l’effort respectant les capacités de l’enfant, la régulation du sommeil et de l’alimentation
  • Soutenir l’enfant et sa famille, grâce à l’écoute du médecin traitant et si nécessaire un soutien psychologique.
  • Limiter l’impact social avec une adaptation souple et évolutive de la vie quotidienne et parfois un aménagement du temps scolaire et de l’activité physique.
  • Prescrire, en fonction des symptômes et si nécessaire, des traitements médicamenteux (traitement symptomatique, traitement psychotrope en collaboration avec un pédopsychiatre).

Le médecin doit porter une attention particulière au bien-être psychologique de l’enfant, en prenant soin de ne pas minimiser ou rejeter son ressenti ou celui de sa famille. Il peut avoir recours si nécessaire à des spécialistes ou d’autres professionnels pour une prise en charge rééducative adaptée selon le besoin de l’enfant (respiratoire, olfactive, orthophonique, effort, …) ou pour un soutien psychologique. Le médecin traitant, dont l’engagement est clé pour animer la relation thérapeutique avec la famille et l’enfant, doit rassurer sur le fait qu’une prise en charge pluridisciplinaire, un suivi de qualité renforcent les chances d’une récupération rapide.

La HAS précise que les objectifs fixés avec l’enfant et sa famille doivent évoluer progressivement, avec un soutien continu du médecin. L’atteinte de ces objectifs et leur stabilisation demande parfois du temps.

Pour des formes plus graves prolongées ou complexes, un suivi multidisciplinaire ou en milieu hospitalier est recommandé et des explorations plus approfondies peuvent être nécessaires. Les fiches de la HAS portant sur les symptômes prolongés de Covid-19 chez l’adulte peuvent apporter des compléments d’information selon les symptômes.

La Haute Autorité de santé précise que ses Réponses rapides seront actualisées en fonction de l’avancée des connaissances.

 

 

Nous contacter

Service presse
  • Florence Gaudin - Cheffe de service
    Marina Malikité - Attachée de presse - 01 55 93 73 52
    Stéphanie Lecomte - Attachée de presse - 01 55 93 73 17
    Mohamed Bouhadda - Attaché de presse - 01 55 93 73 18
    Quentin Nogues - Attaché de presse - 01 55 93 38 03
  • contact.presse[at]has-sante.fr

    Ces n° sont réservés aux journalistes, nous ne sommes pas habilités à répondre aux autres demandes.

     
  • Nous contacter

Voir aussi