Citer cette publication Share Impression

Analyse des déclarations de la base de retour d’expérience nationale des évènements indésirables graves associés aux soins (EIGS) en lien avec une chute de patients.

Études et Rapports - Mis en ligne le 25 nov. 2021

Objectifs

L’analyse des chutes de patients réalisée à partir de la base nationale de retour d’expérience des EIGS a pour objectifs :

  • d’identifier les causes de ces évènements et les conséquences qui en découlent ;
  • d’en tirer des enseignements ;
  • et de proposer des préconisations afin d’améliorer la gestion des risques liées aux chutes

 

Préconisations pour limiter le nombre de chutes

Les préconisations listées ci-dessous ne concernent que les facteurs de risque de chute identifiés au cours de l’analyse des déclarations d’EIGS. Ainsi, elles ne reprennent pas, par exemple, toutes les recommandations concernant les facteurs de risque liés aux patients ou  son environnement déjà citées dans les précédents travaux réalisés par la HAS ou avec son appui méthodologique (13-17). Celles-ci restent cependant complètement valides. Ces préconisations s’adressent aux professionnels de santé et aux structures de soins.

  1.  Systématiser en équipe l’évaluation du risque de chute, dès l’arrivée du patient lorsque celui-ci est hospitalisé ou institutionnalisé, et le réévaluer régulièrement.
  2.  S’assurer de la disponibilité des résultats de l’évaluation du risque de chute et des actions mises en place pour les prévenir dans le dossier médical du patient, et transmettre l’information aux différents acteurs de la prise en charge du patient, y compris la famille ou les aidants .
  3.  Evaluer systématiquement le bénéfice risque des traitements prescrits (médicaments susceptibles de provoquer les chutes ou d’entraîner des risques graves pour la santé en cas de chute) et les réévaluer régulièrement.
  4.  Aménager la chambre et la salle de bains des patients à risque de chute de façon à limiter ce risque au maximum (exemples : hauteur variable des lits9, espaces libres pour des déplacements avec un appareillage, fauteuil de repos stable et sécurisable, douche sans seuil ou marche, barres d’appui dans les toilettes, suppression des tapis, adaptation de la nature du sol...) et permettre une intervention rapide en cas de chute (bouton d’appel facile d’accès...). 
  5.  Sécuriser l’accès aux locaux qui sont susceptibles d’entraîner des chutes (marches, terrasses...).
  6.  Tracer l’ensemble des chutes dans le dossier médical du patient et systématiser la déclaration des chutes graves (EIGS) pour permettre l’analyse des facteurs contributifs en équipe pluriprofessionnelle (causes immédiates et causes profondes) et mettre en place des actions d’amélioration. De façon plus spécifique, en établissements de santé, sociaux ou médico-sociaux ou structures d’aide à domicile.
  7.  Disposer de dispositifs de mobilisation, de contention et de relevage adaptés aux besoins identifiés et auxquels les professionnels de santé auront été formés (localisa tion, conditions et techniques d’utilisation), y compris les intérimaires. Les formations doivent être réitérées régulièrement.
  8.  Disposer d’une procédure décrivant la conduite à tenir en cas de chute, connue de l’ensemble des professionnels, y compris des intérimaires.
  9.  Être particulièrement attentif à la charge de travail des professionnels, en s’assurant que les effectifs habituels soient suffisants au regard des besoins, et que les absences  et les vacances de postes soient traitées rapidement.

Nous contacter

Contact événements indésirables graves (EIGS)
Toutes nos publications sur