Share Impression

Monkeypox : la HAS se prononce pour le remboursement des tests et en précise l’utilisation

Communiqué de presse - Mis en ligne le 25 juil. 2022
25 juillet 2022

Alors que le virus Monkeypox continue de circuler sur le territoire, la Direction générale de la santé a saisi la Haute Autorité de santé afin qu’elle se prononce sur le remboursement par l’Assurance maladie des tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN, technique qui inclut les tests PCR) pour détecter l’infection par le virus. La HAS rend un avis favorable à l’inscription de ces tests sur la liste des actes et prestations, et en précise les indications. Elle rappelle que le diagnostic d’infection par le virus Monkeypox est avant tout clinique, la détection par test TAAN ne doit ainsi être effectuée qu’en cas de doute persistant après examen clinique. 

Sur la base des dernières données épidémiologiques disponibles, des recommandations internationales et après avoir auditionné les parties prenantes, la HAS se prononce en faveur de l’inscription au remboursement des tests d’amplification des acides nucléiques (TAAN) pour détecter l’infection par le virus Monkeypox 

La HAS rappelle toutefois que le diagnostic d’infection par le virus Monkeypox repose en première intention sur l’examen clinique et l’interrogatoire du patient. La détection par TAAN n’intervient que pour confirmer ou non l’infection par le virus, lorsque le tableau clinique n’est pas suffisamment explicite. Le recours à ce type de test se limite ainsi aux « cas suspects » et « cas possibles », tels que définis par Santé Publique France et n’est pas nécessaire en l’absence de symptômes.  

La HAS précise par ailleurs les conditions de réalisation de ces tests. Ceux-ci doivent être spécifiquement adaptés au virus Monkeypox, et leurs performances doivent avoir été préalablement validées par le Centre national de référence des Orthopoxvirus. Elle recommande, selon le contexte clinique et le type de lésions observées, d’effectuer par ordre de priorité : des prélèvements muqueux, des prélèvements cutanés ou des prélèvements de la sphère oropharyngée.  

La HAS souligne enfin la nécessité de rendre les résultats de ces tests le plus rapidement possible, puisqu’ils impactent notamment le maintien ou la levée de l’isolement.  

Retrouvez l’intégralité de l’avis. 

Nous contacter

Service Presse
  • Florence Gaudin - Cheffe de service
    Marina Malikité - Attachée de presse - 01 55 93 73 52
    Stéphanie Lecomte - Attachée de presse - 01 55 93 73 17
    Mohamed Bouhadda - Attaché de presse - 01 55 93 73 18
    Quentin Nogues - Attaché de presse - 01 55 93 38 03
  • contact.presse[at]has-sante.fr

    Ces n° sont réservés aux journalistes, nous ne sommes pas habilités à répondre aux autres demandes.

     
  • Nous contacter
Toutes nos publications sur