Share Impression

Annoncer un diagnostic psychiatrique sévère chez l’adulte

Communiqué de presse - Mis en ligne le 07 oct. 2022
7 octobre 2022

Moment clé du parcours de soins du patient, l’annonce diagnostique est une étape délicate, particulièrement lorsqu’il s’agit d’une pathologie psychiatrique sévère. Pour accompagner les professionnels dans cette démarche progressive, la HAS publie un guide qui leur propose des repères dans l’annonce d’un diagnostic psychiatrique sévère chez l’adulte. L’enjeu est de créer les conditions d’une alliance thérapeutique entre le médecin et son patient, intégrant éventuellement l’entourage. Le guide est complété d’une synthèse et d’une fiche d’information des patients pour les aider à bien appréhender leur maladie.

La santé mentale représente un enjeu de santé publique, rendu encore plus prégnant ces dernières années par les conséquences de la crise sanitaire. Dans le cadre de son travail, la HAS a retenu un ensemble de caractéristiques pour définir les troubles psychiatriques sévères : leur caractère incertain et évolutif, le temps nécessaire pour confirmer le diagnostic, la stigmatisation associée, le handicap psychique engendré, le risque suicidaire, parfois la nécessité de soins sans consentement, les comorbidités somatiques, les conduites addictives et les difficultés à prendre conscience des troubles et à s’y ajuster.
Ces troubles et la souffrance qu’ils engendrent peuvent avoir de lourdes répercussions pour les personnes concernées mais également pour leur entourage.

L’annonce d’un diagnostic de troubles psychiatriques sévères est cruciale : elle doit permettre à chaque patient de mieux appréhender sa maladie et de devenir acteur de sa prise en charge afin d’améliorer son état de santé et sa qualité de vie. Or, par la complexité des troubles du patient et du diagnostic qui est à ce jour exclusivement clinique, cette annonce gagne à être soigneusement préparée. Elle nécessite des explications, des reformulations et parfois des répétitions. Source d’angoisse pour le patient, elle implique une coordination des professionnels, la prise en compte de l’environnement du patient et la nécessité d’accompagner ce dernier.

 

Une annonce collaborative, progressive et coordonnée

Pour accompagner au mieux les professionnels de santé, la HAS énonce les facteurs de réussite de l’annonce. Un dialogue constant, au cours duquel le savoir du médecin et le savoir issu de l’expérience du patient se croisent, doit favoriser le partage d’un même diagnostic. En reprenant par exemple les mots ou expressions du patient, le psychiatre contribue à la création d’un langage commun, facilitant ainsi la compréhension et l’acceptabilité des symptômes.

Autre condition de réussite, l’aspect progressif de la démarche, conduisant à parler de « processus d’annonce »Celui-ci doit notamment intégrer un délai nécessaire pour confirmer le diagnostic, gommer les difficultés d’acceptation par le patient, favoriser l’appropriation des symptômes, mais aussi influer bénéfiquement sur l’évolution de la maladie. L’évaluation de l’état clinique du patient, de sa disponibilité à entendre et à parler de ses troubles indiqueront si les conditions de l’annonce du diagnostic sont réunies.

Enfin, la réussite de l’annonce passe par une étroite coordination entre les professionnels concernés (psychiatres, médecins généralistes, addictologues, urgentistes, psychologues, infirmiers, pharmaciens, assistants sociaux…), en ville comme à l’hôpital, pour optimiser l’accompagnement et le suivi du patient.

 

Créer les conditions d’une alliance thérapeutique avec le patient et son entourage

Pour aider le patient à surmonter ses difficultés, le psychiatre doit créer les conditions d’une alliance thérapeutique en l’impliquant dès l’annonce. Cette implication passe notamment par une écoute attentive de son vécu, de ses troubles ou encore de ce qu’il a entrepris pour y faire face. L’adhésion du patient dans la durée passe également par la prise en compte de son environnement et l’intégration de l’entourage dans cette alliance thérapeutique, avec l’accord du patient. La HAS recommande d’évaluer la situation du patient, afin d’appréhender notamment la présence ou non d’un entourage et la capacité et le souhait des proches de s’impliquer.

 

Le patient doit faire l’objet d’un accompagnement après l’annonce pour disposer des réponses à toutes les questions pratiques que lui et sa famille peuvent se poser. Des perspectives sont alors posées avec lui, dans l’objectif d’améliorer son état de santé et sa qualité de vie.

 

Informer et orienter le patient à l’aide d’une fiche dédiée

Pour les accompagner à la suite de l’annonce d’un diagnostic psychiatrique sévère, la HAS a élaboré une fiche d’information à destination des patients. Remise par le médecin ou l’équipe médico-soignante, elle contient des informations sur le processus d’un diagnostic psychiatrique, ce que cet acte apporte au patient mais aussi sur le rôle déterminant que celui-ci a pour la réussite de son projet de soin. Il est important que le patient reste acteur de son projet de soins et d’accompagnement dans une perspective d’amélioration de son état de santé et de sa qualité de vie. Il trouvera également dans cette fiche des conseils pour aborder le diagnostic avec son entourage, un rappel de ses droits et des contacts utiles en cas de difficultés.

 

Nous contacter

Service presse
  • Florence Gaudin - Cheffe de service
    Marina Malikité - Attachée de presse - 01 55 93 73 52
    Stéphanie Lecomte - Attachée de presse - 01 55 93 73 17
    Mohamed Bouhadda - Attaché de presse - 01 55 93 73 18
    Quentin Nogues - Attaché de presse - 01 55 93 38 03
  • contact.presse[at]has-sante.fr

    Ces n° sont réservés aux journalistes, nous ne sommes pas habilités à répondre aux autres demandes.

     
  • Nous contacter