Share Impression

Covid-19 : deux nouveaux vaccins pour le rappel, une opportunité pour remobiliser les Français

Communiqué de presse - Mis en ligne le 08 déc. 2022
8 décembre 2022

Alors que la circulation du SARS-CoV-2 s’intensifie de nouveau sur l’ensemble du territoire, la Haute Autorité de santé rend un avis favorable à l’utilisation en rappel du nouveau vaccin VidPrevtyn® Beta de Sanofi/GSK et du vaccin Nuvaxovid® de Novavax chez les adultes. A cette occasion, la HAS réaffirme l’importance du rappel : il est la meilleure arme pour protéger les personnes à risque de forme sévère de la maladie et doit être effectué sans attendre par les personnes de plus de 60 ans, celles qui ont des comorbidités, les femmes enceintes ainsi que les personnes qui les accompagnent au quotidien dont les professionnels de santé.

Dans une période hivernale propice à la circulation des virus, le SARS-CoV-2 circule activement et l’épidémie de Covid 19 a repris sur l’ensemble du territoire. En parallèle, la bronchiolite reste très présente et l’épidémie de grippe progresse rapidement, nécessitant une vigilance accrue de chacun pour protéger les personnes les plus à risques de formes sévères et pour préserver le système de santé.

La HAS rappelle que la mise à jour du schéma vaccinal contre la Covid-19 représente la meilleure arme pour protéger les personnes à risque de forme sévère de la maladie : les personnes âgées de plus de 60 ans, celles qui ont une comorbidité (diabète, insuffisance rénale, etc.), les femmes enceintes, et dans une démarche de cocooning leur entourage, en incluant notamment les professionnels du secteur sanitaire et médico-social.

Le rappel c'est maintenant

La protection apportée par le vaccin diminuant avec le temps, un rappel est aujourd’hui indispensable. La HAS rappelle ainsi que l’administration de cette dose additionnelle (quel que soit le nombre de doses déjà administrées précédemment) est recommandée 3 mois après le dernier rappel pour les personnes de plus de 80 ans et les immunodéprimés, et 6 mois pour tous les autres : les personnes de plus de 60 ans, celles de moins de 60 ans qui ont des comorbidités, les femmes enceintes, ainsi que pour leur entourage. Dans tous les cas, si une personne a été infectée par le SARS-CoV-2, ce rappel doit être fait au minimum 3 mois après l’infection.

Constatant qu’à ce jour, seulement 23% des 80 ans et plus, et 38% des 60-79 ans sont suffisamment protégés, la HAS appelle à la mobilisation : le rappel est à effectuer maintenant de façon à ce qu’il produise son plein effet pour les fêtes de fin d’année.

Parce que les personnes vulnérables face à la Covid-19 sont les mêmes que celles qui le sont face à la grippe et alors que la couverture vaccinale contre la grippe est à ce jour également insuffisante, la HAS réaffirme par ailleurs sa recommandation de coupler les deux vaccinations : l’injection concomitante des deux vaccins est possible et sûre, et se réalise sur deux sites d’injection distincts. Si les deux vaccins ne sont pas administrés concomitamment, aucun délai n’est nécessaire entre les deux.

 

Pour compléter l’arsenal de lutte contre le virus, la HAS se prononce sur l’intégration de deux nouveaux vaccins pour le rappel dans sa stratégie vaccinale. Elle intègre ainsi le vaccin VidPrevtyn® Beta de Sanofi, et élargit l’utilisation du vaccin Nuvaxovid® de Novavax, efficaces et utiles pour répondre aux besoins des personnes réticentes aux vaccins à ARNm et à celles qui présentent une contre-indication. Ces deux vaccins sont à utiliser en seconde intention, puisque la HAS maintient sa recommandation de recourir préférentiellement aux vaccins à ARNm bivalents, quels que soient les vaccins utilisés précédemment. En revanche, la HAS n’inclut pas l’usage du vaccin VLA2001® de Valneva dans la stratégie de primovaccination actuelle.

 

La HAS insiste également sur la nécessité de réhausser le niveau de respect des gestes barrières et des mesures de distanciation physique afin de réduire collectivement et durablement la transmission du virus. Elle rappelle par ailleurs que le maintien des tests, en cas de suspicion de la maladie, ou en cas de contact avec une personne malade, doit être systématique. Les patients les plus à risque de forme sévère et en particulier les personnes immunodéprimées doivent également pouvoir bénéficier des traitements aujourd’hui disponibles déjà recommandés préalablement par la HAS, et ce quel que soit leur statut vaccinal.

 

 

Avis favorable pour utiliser le vaccin de Sanofi en rappel chez les adultes

Le 10 novembre dernier, la Commission européenne accordait une autorisation de mise sur le marché (AMM) au vaccin adjuvanté VidPrevtyn® Beta de Sanofi/GSK, constitué à partir de la protéine Spike (S) recombinante du SARS-CoV-2, et administré par voie intramusculaire selon un schéma vaccinal d’une seule dose de rappel. Afin d’offrir une alternative aux vaccins à ARNm bivalents déjà disponibles et recommandés pour le rappel, notamment pour les personnes réticentes à ce type de vaccins et les personnes pour lesquelles ils sont contre-indiqués, la HAS rend un avis favorable à l’utilisation du vaccin VidPrevtyn® Beta. Conformément à son AMM, le rappel avec le vaccin de Sanofi peut être effectué une seule fois dans le cadre de la campagne de rappel de vaccination contre la Covid-19.

 

Pour rendre son avis, la HAS s’appuie notamment sur les données disponibles qui montrent un bon niveau de tolérance chez les adultes. Les résultats de l’étude CoviBoost ont démontré une bonne réponse immunitaire contre les variants BA4/5 avec ce vaccin. Bien qu’encore limitées, ces données permettent d’envisager l’utilisation de ce vaccin en rappel chez les personnes de plus de 18 ans, quel que soit le vaccin utilisé en primovaccination. La HAS est en attente d’éléments supplémentaires confirmant les premières données qui suggèrent une efficacité au moins équivalente à celles des vaccins actuellement recommandés contre le variant Omicron BA.4/BA.5. Ces données lui permettraient de positionner le vaccin VidPrevtyn® Beta dans la stratégie vaccinale de rappel au même niveau que les vaccins à ARNm bivalents.

 

 

Avis favorable pour étendre l’utilisation du vaccin de Novavax en rappel chez les adultes

Intégré en décembre 2021 dans la stratégie de vaccination en primo-vaccination des adultes de 18 ans et plus, le vaccin Nuvaxovid® de Novavax a obtenu une extension d’AMM en rappel chez les adultes le 1er septembre dernier. Il s’agit d’un vaccin à protéine recombinante qui utilise la protéine Spike (S) du SARS-CoV-2. La HAS rend un avis favorable à l’utilisation du Nuvaxovid® dans le cadre de la campagne de rappel. Pour mémoire, ce vaccin est administré par voie intramusculaire et peut être utilisé quel que soit le vaccin utilisé auparavant. Les données disponibles en dose de rappel homologue (même vaccin utilisé auparavant) et hétérologue (un autre vaccin a été utilisé auparavant) montrent des résultats favorables en matière de réponse immunitaire, ainsi qu’une tolérance du vaccin comparable à celle des autres vaccins.

À cet égard, la HAS recommande le vaccin Nuvaxovid® en dose de rappel homologue pour permettre aux personnes ayant reçu une primovaccination de recevoir un rappel. Elle rend un avis favorable pour son utilisation en rappel hétérologue chez les adultes de 18 ans et plus ne souhaitant ou ne pouvant plus recevoir des vaccins à ARNm. Dans l’attente de données complémentaires, elle préconise d’utiliser de préférence les vaccins à ARNm pour la dose de rappel des femmes enceintes.

 

 

Avis défavorable pour le moment pour intégrer le vaccin de Valneva en primovaccination chez l’adulte

Le vaccin VLA2001®, développé par le laboratoire Valneva, a obtenu une AMM européenne le 24 juin 2022 pour la primovaccination contre la Covid-19 des adultes de 18 à 50 ans. Ce vaccin est composé d’un virus entier hautement purifié, et son schéma de vaccination se réalise en 2 injections intra-musculaires à 28 jours d’intervalle. La HAS ne dispose pas pour le moment de données d’efficacité clinique de VLA2001® notamment contre les variants actuellement en circulation. Elle n’a pas non plus de données de comparaison directe entre le vaccin VLA2001® et les vaccins actuellement recommandés préférentiellement et utilisés en France. Seules des données comparatives au vaccin Vaxzevria® d’Astra Zeneca ont été fournies. De plus, la HAS estime que les besoins en vaccins pouvant être utilisés en primovaccination chez les personnes ne souhaitant ou ne pouvant pas bénéficier de vaccins à ARNm sont déjà couverts en France actuellement.

Pour ces raisons, la HAS ne recommande pas l’utilisation du vaccin VLA2001® dans la stratégie de primovaccination actuelle. Cette utilisation pourra cependant être envisagée si des données d’efficacité similaires sur les sous-lignages du variant Omicron en comparaison aux vaccins actuellement utilisés en France étaient fournies.

 

Nous contacter

Service presse
  • Florence Gaudin - Cheffe de service
    Marina Malikité - Attachée de presse - 01 55 93 73 52
    Stéphanie Lecomte - Attachée de presse - 01 55 93 73 17
    Mohamed Bouhadda - Attaché de presse - 01 55 93 73 18
    Quentin Nogues - Attaché de presse - 01 55 93 38 03
  • contact.presse[at]has-sante.fr

    Ces n° sont réservés aux journalistes, nous ne sommes pas habilités à répondre aux autres demandes.

     
  • Nous contacter
Toutes nos publications sur